Burka ou les bases de la démocratie

Publié le par Thierry Mouron

Après avoir créé la surprise mardi en annonçant au groupe UMP le dépôt d'un projet de loi en janvier interdisant le port de la burqa dans l'espace public, Jean-François Copé accélère le tempo. Mercredi matin sur RTL, le député-maire UMP de Meaux (Seine-et-Marne) a estimé que «le temps de la décision politique est venu».

«On ne veut vexer personne. On a eu six mois de discussions», a poursuivi le chef de fil des députés UMP au Palais Bourbon faisant allusion à la position du président de l'Assemblée qui a déclaré mardi soir, après l'initiative de Copé, qu'il était nécessaire d'attendre le résultat des travaux de la commission parlementaire sur la burqa. Celle-ci doit déposer ses conclusions et son rapport à la fin du mois de janvier.

Pourquoi attendre les résultats de travaux de commission si la décision est déjà prise, mais il aurait pu le dire plus tôt, je ne voudrais pas être à la place des membres de cette commission et me faire traiter de con ( c'est bien bien ce que cela veut dire quand M.Copé se moque du travail de l'Assemblée).

Déja Sarko 1er avait donné les résultats de la consultation sur le grand emprunt avant remise du rapport Rocard / Juppé (bizarre cela correspondait), pauvre Rocard abaissé à exécuter les ordres de notre président / empereur.

Je ne prends pas position sur le bien fondé de cette loi, qui risque de poser plus de problème que d'en résoudre mais le despotisme UMP vaut bien celui d'autres pays qui eux sont dits totalitaires.

Je ne tiens pas, comme la majorité des Françaises musulmanes, à ce que les femmes portent un voile intégrale mais une loi pour quelques centaines de personnes mises en lumière par ce débat ? Quelle connerie.

Et si la droite aime bien se moquer de la gauche et du PS, j'y reste, au moins il y a la liberté que je ne vois plus à droite.

                                                                              Cope.jpg

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article